Uri et Tessin 2017 – randonnée en autonomie

Suzanne (prénom d’emprunt) fête un anniversaire important (rond) et a souhaité faire la Trans Swiss Trail (Porrentruy – Mendrisio). Au gré des possibilités (météo et disponibilités en congés), l’année 2017 a vu (et verra encore) Suzanne et ses amis (triés sur le volet) déambuler sur cette route. Nous avons l’honneur d’avoir été choisis (parmi d’autres) et avions par ailleurs déjà eu l’occasion de faire un bout avec elle (Porrentruy – Les Breuleux puis, plus tard, Neuchâtel – Laupen). Ces première sections ne sont pas reprises dans ce reportage puisqu’elles sont strictement sur le sentier officiel et n’apporteraient pas grand chose au lecteur !

Veuillez trouver ci-dessous l’itinéraire, revu et corrigé pour la partie tessinoise, de la section Wassen – Bellinzona !


Jour 1, Wassen – Andermatt – Hospental – Débuts du Gotthard

Une étape sur le tracé « normal » de la Trans Swiss Trail n°2. La route, l’autoroute et le train sont à nos côtés, nous rappelant à quelle civilisation nous appartenons. Le pont du diable et le golf (beaucoup de trous) d’Andermatt nous impressionnent. Côté forme, ça va, il faut se faire au poids de notre sac à dos…

Wassen – Hospental (un peu plus haut dans le col)

 

La photo avant l’effort à venir !

 

Les fameuses gorges et vue depuis le Pont du Diable

 

1er campement par condition venteuse et pluvieuse.

 


Jour 2, Début du col du Gotthard – Airolo – Fontana

La météo n’est pas encore au beau, loin s’en faut. Les brouillards nous cachent les montagnes, quelques éclaircies sur la descente du col tout de même ! Nous campons (en format bivouac) près de la rivière et près d’un terrain militaire (calme le soir… mais pas le matin, nous l’apprendrons). Depuis Airolo nous nous distançons du tracé officiel pour remonter le Val Bedretto en direction de Fontana.

02 Début du Gotthard – Fontana

 

La vue sur le col, les montagnes !

 

Les pavés de la Tremola par temps pluvieux

 

Peu avant Airolo, l’éclaircie tessinoise

 


Jour 3, Fontana – Capanna Cristallina

Pluie du matin, grasse matinée. Puis, sur fond d’entraînement aux tirs, nous abordons la montée vers la Capanna Cristalina. L’objectif est double, profiter d’un repas du soir (et du matin) sur place en ménageant nos réserves et bénéficier d’un lit douillet au chaud. La neige est bien présente dès 2000 m env. !!! Les efforts sont intenses pour un dénivelé conséquent. Le côté minéral est enchanteur.

03 – Fontana – Cap. Cristallina

 

La neige sur les sommets du Gotthard !

 

Le minéral dans toute sa splendeur.

 

Cristallina se fait désirer…

 


Jour 4, Cristallina – Fusio (un peu plus haut).

Le petit col de Naret ne nous effraie point, la descente qui suit est « costaude » par contre. Il va falloir s’y faire, le Tessin c’est ça… Magnifiques lacs et Fusio nous enchante (nous y soupons afin d’économiser nos réserves – le negozzio n’est plus, c’est aussi ça le Tessin !). Nous trouvons un petit coin pour bivouaquer le soir, après le repas. Au plat – rare au Tessin.

Cristallina – Fusio (un peu plus haut)

 

Cristallina encore en mode neige et froid.

 

Splendide vallée…

 

Barrage du lac de Sambuco et vue sur notre vertigineuse descente.

 

L’inscription y est toujours mais le negozzio est fermé depuis deux ans.

 

Magnifique Fusio

 


Jour 5, Fusio (un poil au-dessus) – Cap. Soveltra (par le Passo Fornale)

Une étape à nouveau bien pentue, des dénivelés très tessinois juste (mais alors tout juste) adoucis par un petit temps plus plat le long du lac de Mognòla ! Éprouvant, certes, mais quelle belle vue depuis le col et quel plaisir d’arriver à la capanna Soveltra. Première mise en « confrontation » avec tous les pros (les vrais) qui font la Via alta de la Valle Maggia !

Fusio – Soveltra par le Passo Fornale

 

Un sublime alpage (Corte Mognòla).

 

Un temps de pause au lac Mognòla

 

La Capanna Soveltra n’a plus de place, nous sommes bien dans notre tente.


 

Jour 6, Cap. Soveltra – Passo Redorta

Nous ne choisissons pas le parcours de la Via alta (souvent en bleu-blanc, notre poids et encombrement ne nous permettent pas de jouer « à l’aise » ces airs trop sportifs). Une splendide montée qui nous rappelle la Via Alpina de 2003 (ça date – voir étape 6 de notre tour d’alors). La descente est vertigineuse mais c’est gérable. Pas si facile de trouver un coin plus ou moins plat pour bivouaquer par contre !

Soveltra – Passo Redorta et un peu plus bas…

 

Le Redorta se mérite.

 

Au-revoir Valle Maggia !

 

Le col se mérite aussi à la descente.


Jour 7, Après le col Redorta – Capanna Efra

Nous avons quitté le val Maggia pour atteindre le Val Verzasca ! Du coup, nous allons dorénavant croiser, outre les nombreux touristes d’un jour attirés par les eaux du torrent (les « Maldives de Milan« ), les découvreurs de la Via alta du Val Verzasca… Mais notre route sera vite agrémentée d’une superbe pause à la piscine du coin puis au grotto (pourquoi se laisser aller ? on est en vacances que diable !). Après une traversée de Sonogno (en pleine préparation de festivités pour les week-end), nous remontons sur la Capanna Efra, accompagnés d’un marcheur solitaire… ( Luca, à voir sur lucagerber.info). La pluie nous accueille et, la tente à peine montée à la va-vite, c’est le déluge et le vent. Nous dormirons dans les dortoirs tous seuls (ça tombe bien, nous sommes les seuls hôtes).

Redorta – Cap. Efra

 

Au réveil, revoir le parcours de la veille (Redorta).

 

Notre piscine !

 

Il s’agira de ne pas oublier de nous débarrasser de la poubelle !

 

Un bel effort pour atteindre le lac d’Efra

 

La pluie à l’arrivée. Nous sommes à l’abri…


 

Jour 8, Cappana Efra – Capanna Efra – journée farniente de récupération, journée bienvenue ! Lessive et lecture, zen attitude et nouvel emplacement trouvé pour la tente…

Capanna Efra on y est bien, on y reste !

 

Lessive et dolce farniente

 

Remettre du bois fait partie d’une des tâches du jour…

 

La tente pour ce soir est prête !

 

Splendeurs et magie !


 

Jour 9, Capanna Efra – Lavertezzo (un peu plus haut)

Une journée de tous les excès pour nous. 2262 m de descente, c’est trop ! Les genoux sifflent, le ras-le-bol guette, le « on en a marre » ou le « on n’aurait pas dû » sont lancés de manière rageuse ! Le Tessin nous amène, par ses sentiers très escarpés, à vivre là ce que nous pourrions nommer nos limites. Le poids de nos sacs pèse et, paradoxalement, nous ne trouvons pas d’endroit pour mettre à jour nos réserves de nourriture. Nous profitons d’un bon souper à Lavertezzo, avant d’aller chercher, dans le calme relatif retrouvé de cet endroit très très visité, un endroit bien caché pour planter notre tente. Piscine le soir avant d’aller « au lit », magnifique pour le moral !

Capanna Efra – Lavertezzo

 

Avec l’application Sentiers, les dénivelés sont cumulés !

 

Le col de Gagnone

 

Un dallage intéressant et 100% nature !

 

Corte Nuovo, pas si neuf que ça. Eussions-nous dû faire une halte ici ?

 

Quelques marches encore et nous y serons, à Lavertezzo ! Pffffff…

 

Un pont magique et enfin revenu au calme, passé 20h !


 

Jour 10, Lavertezzo – Riezza (un peu avant)

La chaleur nous accueille tôt le matin et les dénivelés de la veille nous incitent à la modestie pour cette journée de transition. Nous allons remonter dans le « Val della Porta », notre première piscine nous arrête pour une pause qui se prolongera jusqu’à la fin de journée finalement !

Lavetezzo (un peu avant) – Vogorno (un peu après)

 

La tente est pliée et le petit déjeuner magique !

 

Le premier rayon du soleil accompagne l’arrivée des très très nombreux touristes de la journée !

 

Le lac artificiel et Corippo …

 

Quitter la vallée, faire quelques mètres de dénivelés (éprouvants avec la canicule) et le calme revient.

 

Seul endroit « plat » que nous avons trouvé par ici… La soirée fut angoissée tant que l’orage rôdait !


 

Jour 11, Entrée du Val della Porta – Capanna Borgna

Après le bain matinal, hop, quelques mètres de dénivelé positif, de la chaleur, beaucoup de chaleur. Le leitmotiv : prendre de la hauteur et profiter encore quelques jours de l’air pur et frais d’altitude… avant la redescente. Mais trouverons-nous assez de ravitaillement dans les cabanes ?

Entrée de la Val della Porta – Capanna Borgna

 

Des marches et encore des marches !

 

Corte di Fondo, une pause de midi bienvenue à l’abri du soleil. Pas d’eau disponible par contre !

 

Une route carrossable à l’abandon (pour notre plus grand bonheur) et de la bruyère partout. Splendide.

 

Splendide Capanna Borgna !

 

Plus loin en plaine, Locarno et le lac Majeur

 

Notre tente ouverte sur les côtés, quelle sérénité, quelle vue !


 

Jour 12, Capanna Borgna, Capanna Orino

Une journée « cool », avec un arrêt piscine apprécié.  La Çapanna Orino n’était pas notre but du jour, mon genou (mais aussi mollet, tendons à l’arrière du genou) en a décidé autrement. Je « paye » la facture des excès des jours précédents. Oooops.

Capanna Borgna – Capanna Orino

 

Petit dénivelé sur le col de Ruscada.

 

Profitons de notre dernière piscine ! On devient accros !

 

La Capanna Mognone est en face, avec vue sur le lac et la civilisation. Nous sommes bien dans notre coin « caché ». Demain ce sera la plaine et le retour à la foule !


 

Jour 13, Capanna Orino – Gudo (camping l’Isola)

Notre dernière descente. C’est la fin de la première partie de nos vacances. Splendides moments. Merci à Suzanne (prénom d’emprunt) de nous avoir permis de les vivre avec elle ! :-)

Encore un petit 1400m de descente pour finir sur Gudo…

 

Avoir une tente avec soi, toujours, permet une meilleure autonomie. Un must qui se porte cependant.

 

Splendide forêt de hêtres…

 

Voilà, la fin est proche ! Le Tessin est splendide et nous en avons bien profité, dénivelés y compris !

— FIN —

Une réponse à “Uri et Tessin 2017 – randonnée en autonomie”

  1. claudine destraz dit :

    BRAVO BRAVO BRAVO mes sincères félicitations pour cet exploit !
    Et mon admiration pour votre persévérance.
    En voyant ces belles photos, j ai un peu l impression de participer, car j ai bien pensé à vous (sans les peines le froid et les douleurs). Les vacances autrement c’est comme un reportage à la télé, mais les commentaires en direct seront mieux…
    MERCI Elvo Charlotte et Suzanne.
    Claudine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *